Perle deau« Que ma Parole tombe comme la rosée, comme des ondées sur la verdure » Deut 32:2

« Nous travaillons et nous luttons parce que nous mettons notre espérance dans le Dieu vivant » 1 Tim 4:10

« De toute éternité, Dieu a imaginé et désiré pour chaque être humain des projets de Paix et non de malheur afin de lui donner un avenir et de l’Espérance » Texte inspiré de Jérémie 29:11

Quand vous lirez ces lignes vous serez dans ce temps si particulier du coronavirus et des mesures extraordinaires du confinement à la maison. Nous avions choisi depuis plusieurs semaines le thème de l’Espérance pour cette lettre de nouvelles. Nous n’imaginions pas à quel point nous en aurions besoin pour traverser l’épreuve douloureuse et anxiogène qui allait s’abattre sur le monde entier.Plus que jamais la Parole de Dieu est pour nous comme une rosée d’espérance qui oriente notre regard pour notre vie personnelle. De même, la manière de vivre notre ministère avec nos accompagnés est imprégnée de cette espérance. Les membres de l’équipe l’ont exprimé par les témoignages que voici : «  La foi que j’aime le mieux, dit Dieu, c’est l’espérance » Charles Péguy

Notre foi et notre attente reposent sur Dieu. Par la résurrection de Jésus-Christ, il nous a fait naître à une vie nouvelle. Dieu nous donne une espérance vivante, un héritage qui ne peut ni se détruire, ni perdre de son éclat. Il nous est réservé dans le ciel. (1 Pierre 1:3-6)

L’espérance que Christ nous a aquise est une bonne nouvelle qui traverse les siècles et que nous transmettons autour de nous : « guérir ceux qui ont le coeur brisé, redonner vie à l’esprit abattu, détacher les chaînes dues à la méchanceté, mettre fin aux contraintes de toutes sortes... » (Esaïe 58:6 et 61:1).

Le « Tout est accompli » de Jésus, proclamé à sa mort sur la croix, éclatera bientôt au grand jour pour tous les êtres humains ainsi que pour la création enfin libérée et restaurée. Aujourd’hui, c’est en espérance que nous sommes sauvés. Si nous espérons ce que nous ne voyons pas encore, nous l’attendons avec persévérance. (Rom 8:18-25) Cette espérance est l’ancrage solide et sûr de notre être intérieur si souvent balloté par les tempêtes des circonstances ! (Hébreux 6:19)

Espérance

Par moment, chevillée au corps, elle soutient mon quotidien

Sûre, conquérante, imperturbable, elle fait face à mes tempêtes

Je la souhaite ancrée, inébranlable

 

Pourtant certains jours

Sensible au moindre courant, elle oscille, vacille, s’envole

Manque, inquiétude, angoisse la remplacent

 

Appeler sa présence, l’inviter, l’attendre encore

Dessiner une route

Partir à sa rencontre,

L’accueillir à nouveau

Joie des retrouvailles

 

Espérance ...

Cadeau offert

Cadeau reçu

Cadeau partagé

Il m’est arrivé quelques fois, dans ma pratique, de rencontrer des situations où la personne n’a plus d’espoir et se sent dans une impuissance totale. Je me suis sentie alors démunie et dans l’impuissance pour l’accompagner. Tout cela m’a amené à la question suivante : « comment peut-on accompagner quelqu’un qui est sans espérance ? »

J’ai demandé conseil et j’ai alors compris quelque chose de fondamental : même si la personne n’a plus d’espérance, nous pouvons la voir avec le regard d’espérance que Dieu a pour chacun de nous.

Cette vérité m’a redonné de la motivation et de la joie dans le service. Ma vie de prière en est ressortie affermie.

L’espérance, c’est aussi le soutien qu’il m’est précieux d’ offrir à celui ou celle qui prie avec insistance pendant des mois pour une délivrance, une guérison ou une réponse qui se fait attendre. C’est dans ces moments que je veux honorer la foi qui s’accroche au regard d’amour du Dieu invisible. Persévérer sans voir encore est un chemin puissant et glorieux, car c’est l’ancrage à la personne de Dieu et non à la réponse désirée ! Cette attitude intérieure est le fruit de l’oeuvre patiente de Dieu chez la personne ( Hébreux 12:2).

S'attendre à l'inattendu de Dieu. Une espérance dans le découragement...

Nos cheminements sont parfois comme celui du peuple d'Israël sorti de l'esclavage du pays d'Egypte pour le pays promis. Ayant pris la fuite, il voit la mer rouge s'ouvrir pour le laisser s'enfuir, puis se refermer sur les soldats égyptiens qui les poursuivent. Puis vient la traversée du désert... que d'insécurité, de découragements, de peurs, de questions sans réponse, de batailles intérieures et de non sens.

Et pourtant, l'inattendu de Dieu s'est manifesté par des jalons d'espérance, quand il n'y avait plus rien à espérer : Une colonne de nuée à suivre de jour, un feu à observer la nuit, une manne du matin tombée du ciel au quotidien, un morceau de bois lancé dans l'eau de Mara qui transforme l'amertume en douceur potable.

Que de marques de la fidélité de Dieu pour son peuple, sur lesquelles nous pouvons appuyer notre espérance. Une invitation dans nos traversées de désert à nous attendre aussi à l'inattendu de Dieu.

oiseaux dans le ciel forme de coeur